Logo bilan-avenir.fr

Covid et travail : est-il possible de changer ?

La plupart des contributions et des témoignages concernant les changements de notre vie à la suite de la pandémie de Covid-19 se sont concentrées sur les implications socio-économiques et psychologiques de la pandémie (évolution du marché du travail, nouveaux secteurs d’emploi, télétravail et risques psychosociaux). En revanche, les réflexions sur notre expérience individuelle face au changement, dans une période historique où tout s’est modifié autour de nous, sont moins fréquentes et moins débattues.

On peut se demander quel impact a eu ce changement dans les relations avec les autres, dans la relation avec nous-même et dans l’attention vis-à-vis de nos propres besoins et aspirations futures. La pandémie a accéléré nos réflexions sur un changement de direction personnelle et professionnelle, en nous permettant de donner un sens nouveau à nos actions, même les plus communes.

L’idée derrière ce changement est qu’il n’y a pas de chemin meilleur qu’un autre : il faut juste choisir un chemin qui nous correspond davantage, afin d’atteindre progressivement un sentiment de bien-être au travail.

Changer d’emploi ou décider de ne pas changer est avant tout une question de choix

Lorsqu’il s’agit de changer d’emploi en temps de pandémie, il est possible de faire un parallèle avec le diagnostic du virus : il y a des faux positifs et des faux négatifs.

Un faux positif

Quand il y a un faux positif, nous sentons la nécessité d’un changement, mais nous ne savons pas comment le mettre en place. Cette situation peut advenir quand il est difficile d’identifier clairement quels moyens mettre en œuvre pour opérer un véritable changement. C’est souvent le résultat d’un manque de confiance vis-à-vis de soi-même, d’un doute par rapport à nos capacités et du contexte incertain dans lequel nous vivons. Un manque de confiance qui peut nous faire jeter l’éponge avant même de commencer.

Un faux négatif

Quand il y a un faux négatif, nous ne ressentons pas consciemment la nécessité d’un changement, mais nous savons que quelque chose ne va pas et cela nous provoque un sentiment d’angoisse qui peut avoir des conséquences physiques (difficulté à dormir, palpitations, dermatite de stress, etc.). Cette situation peut se produire parce que nous avons sous-estimé certains symptômes de notre malaise (dans la plupart des cas générés sur les lieux de travail) et que nous avons préféré les ignorer en attendant que les choses s’arrangent d’elles-mêmes. Cette situation peut aussi être provoquée par la confusion générée par notre situation personnelle et/ou professionnelle, que nous percevons comme non alignées par rapport à nos valeurs et nos véritables désirs.

Que ce soit un “faux positif” ou un “faux négatif”, le changement demande du temps et de l’énergie. Cependant, la difficulté dans le changement ne devrait pas être vécue comme quelque chose d’insurmontable mais comme un véritable défi que nous pouvons relever en nous considérant comme des acteurs de ce changement et en nous engageant à être authentiques jusqu’au bout.

Être authentique

Être authentique signifie créer un alignement entre nos pensées, nos émotions et nos comportements, autrement dit, être ce que nous pensons, ressentons et faisons. Être authentique, c’est :

  • dire ce que nous ressentons et pensons ;
  • penser à ce que nous disons et ressentons ;
  • sentir ce que nos pensées et nos actions nous communiquent.
paroles, pensées, émotion

Le chemin vers l’authenticité n’est pas simple parce que nous avons souvent du mal à être totalement transparents envers nous-mêmes. Cependant, pour générer un réel changement, il est nécessaire d’écouter ses propres besoins, ses peurs, ses émotions, ses idées et ses attentes sans avoir une attitude de jugement et de dévaluation envers soi-même.

Est-ce que vous vous êtes déjà demandé(e) pourquoi donner des conseils aux autres, les encourager et les rassurer, est plus simple que de se soutenir et de se motiver? La plupart des individus ont des difficultés à s’écouter et à comprendre ce dont ils ont vraiment besoin : souvent, l’alignement « pensées – émotions – comportements » est extrêmement difficile à mettre en place, même lorsque nous sommes déterminés à changer notre situation actuelle.

C’est pourquoi le fait de s’adresser à un/une psychologue spécialiste en bilan de compétences peut représenter un véritable moyen pour faciliter un changement de direction : un changement qui signifie choisir de s’écouter, décider d’améliorer ses compétences, se diriger vers de nouveaux emplois et de nouvelles perspectives d’avenir. À la lumière d’une pandémie qui a complètement révolutionné notre existence, choisir de changer pour s’améliorer est nécessaire afin d’atteindre une condition de bien-être physique et psychologique.

Silvia Serio
Psychologue du travail et conseillère en bilan de compétences.